A une époque pas si lointaine que ça, l'insulte suprême pour discréditer son adversaire était de le traiter soit d'agent de la CIA, soit d'agent du politburo !! Je pensais ce temps révolu, vu que le Mur est tombé voilà près de vingt ans, et que l'ours soviétique, près à déferler sur l'Europe, est un lointain souvenir. Il y avait aussi "Agent de l'étranger".

Et voilà-t-y-pas, qu'au détour d'un site, à prendre avec des pincettes puisqu'il s'agit du réseau voltaire (Merci quand même Renard de m'y avoir envoyé !), je découvre que la vieille ficelle éculée ne l'est pas pour tout le monde ! Accuser le p'tit faitout d'être un agent de la CIA est d'une absurdité affligeante et une solution de facilité déconcertante. En plus là, ça pue la conspiration judéo-maçonnique à plein nez, comme disent les borgnes.
Ne serait-il pas plus justifié de s'intéresser à ce que pense le Sha Ke Qi de la secte scientologue, vu qu'il a reçu Tom Cruise quand il était ministre des finances de Chirac, que son ex-conseillère Delphine Mignon a déclaré en février 2008 que les sectes étaient "un non-problème" en France et qu'un amendement voté discrètement le 12 mai dernier avait annulé la possiblité de dissoudre une association, ce qui concernait directement la Scientologie, condamnée récemment pour escroquerie !

Bien sûr, ce genre de questions ne se posent que dans la mesure où l'on ne s'intéresse pas à la politique de sa majesté Patek 1er et de l'avenir de la sécurité sociale qui est en train de se jouer en ce moment !

Du coup,  et pour revenir sur les agents de la CIA, je voudrais vous parler de l'affaire Kravchenko. Victor Kravchenko, était un transfuge soviétique, qui s'était réfugié aux Etats-Unis en 1945 et qui a écrit un livre par la suite, qui s'intitulait : "Pourquoi j'ai choisi la liberté"

Ce livre racontait les atrocités commises par Staline et ses sbires, la répression, la torture, les exécutions sommaires, la famine organisée. Quand le livre est paru en France, en 1949, Les Lettres Françaises, organe de presse appartenant au parti communiste, attaqua l'auteur en le traitant d'agent de la CIA. Dans un article, on l'accusait de ne pas avoir écrit ce livre, qui de plus, était un tissu de mensonges.

Il faut savoir qu'à l'époque, dénoncer les crimes de l'U.R.S.S. et de Staline était considéré comme une insulte aux sauveurs de l'Europe et, implacablement, une affinité avec les nazis ! Et comme le parti communiste français s'estimait avoir sauvé la France, quasiment seul,  qu'il revendiquait  20.000 fusillés, insulter Staline, c'était insulter la France résistante. Bonjour les amalgames !! C'est vrai qu'ils avaient déjà oublié le pacte germano-soviétique.
Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. J'ai la plus grande estime pour les communistes qui n'ont pas attendu le 22 juin 1941 et les ordres du parti pour entrer dans la résistance !

Or donc, le Victor qui était un peu mégalo, décida d'attaquer le parti communiste français, au travers des Lettres Françaises, pour diffamation. Le procès eu lieu et des dizaines de témoins comparurent. Les communistes de l'époque comme Edgar Morin, qui quitta le parti en 1951 et une journaliste, dont j'ai oublié le nom, considéraient tous les témoins à décharge comme des suppôts de la CIA. Ce sont eux-mêmes qui le disent, dans le reportage qui est passé sur Arte récemment. Un moment pourtant, un témoignage les ébranla.
Ce fut celui de Margarete Buber-Neumann,
veuve du leader communiste allemand Heinz Neumann, membre du Komintern,  qui après l'échec de la lutte contre Hitler se réfugia en URSS. Là elle fût arrêtée et goûta les joies des prisons russes avant d'être livrée aux nazis comme le stipulaient les clauses secrètes du pacte germano-soviétique. Elle fût internée à Ravensbrück pour le restant de la guerre. Comme elle accréditait de manière sincère la réalité du régime communiste, sa violence et son accointance avec les nazis, certains se posèrent des questions. Pas longtemps, je vous rassure.

La journaliste exposa ses états d'âmes à son rédacteur en chef. Celui-ci lui répondit, dans la mesure où, éventuellement, ce témoignage était exacte, (voyez les précautions oratoires !!) quel pouvait être le poids d'une erreur judiciaire (!) face à la libération future de la classe ouvrière (!!)
Et les communistes remirent leurs doutes dans leurs poches avec leur mouchoir par dessus !!
Fin de chantier

Tout ça pour vous dire de vous méfier des assertions sentencieuses du genre "agent de la CIA" ou "Social-traître". Moins en vogue ces derniers temps, mais on ne sait jamais ! Ce genre d'expression sort souvent de la bouche de personnes qui ne goûte guère à la démocratie et qui avec des mots fourre-tout veulent vous détourner d'une réflexion qui peut leur être nuisible. Voir de vous attirer dans leurs filets à vos dépends.

Le p'tit faitout est juste un démagogue arriviste qui a profité d'un système faillible pour avoir le pouvoir et distribuer des prébendes. Nuls mains étrangères ou extra-terrestres dans l'histoire.

De la même manière, il n'y a aucune conspiration derrière la grippe A. Juste une histoire de fric ! C'est plus trivial et moins romantique que la conspiration, mais c'est la simple vérité.
Je vous en parlerai dans un prochain article.