Non, vraiment pas !

Pourquoi, me demanderez-vous ? Comme certain ont pu s’en rendre compte depuis qu’ils lisent ce blog, je suis plutôt franco de port !

Si vous êtes revenus lire mes élucubrations, c’est, j’ose le croire, que vous aimez mes opinions à la hache ! Même si je sais pertinemment que le monde est gris, j’aime dissocier cette brume pour en voir, soit du noir, soit du blanc !

J’estime que l’on ne peut pas être du côté que JE considère comme le côté obscur tout en gardant une apparence de chevalier blanc ! C’est comme cela que je suis. Même si, comme tout un chacun, je possède une part d’ombre !

Mais là, franchement, on est mal barré !

J’ai rencontré quelqu'un qui m’a ouvert les yeux sur quelque chose que je ne voulais pas voir ! En tout cas, consciemment ! Il ne l’a pas fait exprès ! C’est simplement que j’étais prêt à le voir et qu'il ne fût que l’instrument, la révélation de quelque chose, qu’en fait, je savais déjà.

Mais vous savez comment est le cerveau ! Il marche à la vitesse de la lumière. Le problème, c’est que les connexions sont encore en bas débit !

Or donc, il y a quelques temps de cela, j’ai fait la connaissance d’une personne que je ne croisais jusque-là qu’occasionnellement. Un homme d’un certain âge, impeccablement habillé, portant au choix cravate ou nœud papillon. Toujours poli, souriant mais gardant ses distances avec un naturel de bon aloi.

Pour des raisons professionnelles, nous avons passé la journée ensemble et inévitablement, vous connaissez votre serviteur, la discussion a glissé vers la géopolitique et la politique française. Au détour d’une phrase, il me glisse qu’il écrit un livre sur les idées « contre-révolutionnaires ». Bien que sur mes gardes, je cherche à en savoir plus. Il m’explique que les idées de la Révolution Française ont créé un individualisme qui a mené au libéralisme et à la situation actuelle et que le retour au corporatisme favoriserait le changement de société, tant souhaité aujourd’hui. Je vous la fais courte !

Sur le fond, je ne suis pas complètement opposé à ce type d’argumentation, même si le mot « corporation » a pour moi une connotation trop marqué. Ce qu’il essaye immédiatement de défendre quand je lui en fais la remarque en parlant de groupe, de communauté, de solidarité et d’altruisme. Du coup, j’abonde dans son sens en lui parlant des utopistes du XIXe siècle en général et de Fourier ou de Cabet en particulier. Je le sens alors plus qu’hésitant avant qu’il ne me réponde penseurs catholiques ! Je tique !

La discussion vint ensuite sur la géopolitique et inévitablement sur l’hégémonie des Etats-Unis dont la politique a toujours été « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais » ! Mais à ce niveau, l’unanimité qui unit les peuples de la Terre devant la constatation de cet axiome n’est plus à démontrer. Mais quand je lui parle subventions agricoles ou OMC, il me répond Nuremberg et tribunal pénal international. Je tique encore !

Enfin, tout en affirmant que la discrimination à l’embauche n’existe pas en France, malgré mes dénégations, il estime qu’un référendum dans les années 60 aurait empêché la vague d’immigration qui a pourtant servi le secteur industriel et favoriser les trente glorieuses.

Je n’ai pas le temps de m’étonner qu’il conclue qu’on préfère toujours son frère à son cousin, son cousin à son voisin etc, etc, etc …

En entendant ce leitmotiv qui ne sert aryen, la lumière ce fait enfin jour en moi sur l’ensemble de la conversation de la journée.

Pas une fois je n’avais entendu un mot plus haut que l’autre, susceptible de reconnaître immédiatement l’électeur de moins en moins honteux du borgne et qui, pour certain, votait autrefois pour le parti communiste avec la même conviction chevillé au corps. Juste le fatidique : « Chacun chez soi ! »

D’où l’idée de groupe et de corporation ….. (Vous suivez ?!)

Dans les jours qui suivirent, et comme un fait exprès, deux informations vinrent compléter cette discussion.

La première fût la sortie et les commentaires du livre de Péan et Cohen : « Le Pen, une histoire française ». Après avoir écrit deux ouvrages sur un président qui, après tout, avait été un peu collabo avant de trouver la voie de la rédemption en 1945 et un journal qui allait mal peut-être à cause de l’origine religieuse de ses dirigeants, Péan nous raconte à quel point Le borgne est pas si méchant que cela, qu’il a plein d’amis juifs et que « c’est même pas sûr » qu’il ait torturé en Algérie (alors que le principal intéressé l’a reconnu) et « que même si » il l’a fait en obéissant aux ordres. Refrain également bien connu….

La deuxième information est le rapprochement depuis quelques années entre l’extrême droite israélienne et européenne. Comme quoi, les ennemis de mes ennemis, peuvent bien devenir mes amis !

Alors que les intellectuels juifs, en Israël ou dans le monde, comme Chomsky, au risque de se faire traiter d’antisémites, demandent des sanctions contre le gouvernement israélien qui bafoue les libertés fondamentales et tue impunément, l’extrême droite au nom de la défense des valeurs de l’occident s’allie avec son ennemi héréditaire d’hier.

Comment voulez-vous retrouver vos petits après cela?

Et là, je me suis mis à comprendre quelque chose qui jusqu’à présent m’échappait !

Derrière les éructations primaires des sans cervelle qui brament contre les étrangers pas français qui viennent jusque dans nos bras pour nous piquer nos blondes et nos scooters, il y a un courant de pensée qui après avoir été obligé de se taire pendant des années, revient avec patience mais avec conviction et surtout de plus en plus sûr de lui.

Une idéologie qui n’a en fait jamais vraiment disparue mais qui attendait juste le bon moment et le bon vocabulaire pour revenir en douceur et sans heurt pour toucher le maximum de gens qui ne sont même plus choqué de ce qu’ils entendent.

Je tiens ici à préciser que le livre écrit par la personne ci-dessus nommée est une commande ! C’est dire ! Je n’ai par contre pas demandé le nom de la maison d’édition !!

Une pensée « soi-disant » anti libérale (je vous dirai la prochaine fois pourquoi !!), mâtinée de royauté  et de chrétienté bon teint. Pas un nazisme assassin et meurtrier, plutôt un pétainisme qui aurait (apparemment) oublié l’esprit de revanche mais dont le retour à la terre, qui elle, ne ment pas, lui donnerait une force supplémentaire en cette période troublée où le doute nous habite et où l’économie vous met un chômeur à la rue plus vite qu’un 75% ne met à demander la nationalité belge !

Anti capitalisme, anti américanisme, anti mondialisation si elle nous fait du tort, anti tout ce qui n’est pas de chez nous, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas blanc et chrétien. Mais qui vote à droite, faut comme même pas exagérer ! Mais surtout un discours fourre-tout bourée de novlangue qui permet de faire plaisir à chacun tout en masquant le vrai fond de leur pensée.

Maurras est revenu, mais par la porte de derrière. Les vociférations et les clameurs de certains histrions télévisuels, qui déclament leur idéologie malsaine sous couvert de parler vrai, de dire tout haut ce qu’en fait tout le monde pense tout bas, ne sont en fait que la face émergé de l’iceberg.

En période de crise idéologique, spirituelle et surtout économique, les nationalismes s’exacerbent et les excités agitent les chiffons rouges, mais derrière ces pantins hystériques,  le travail de sape se fait avec conscience et obstination pour une population qui ne comprend pas où qui ne veut pas comprendre la novlangue utilisée pour la manipuler.

Ce fût la première « révélation » de cette fin d’année. Je vous parlerai de la prochaine fois de la seconde !

En effet le terme de corporatisme contre-révolutionnaire m'est revenu dans la figure au moment où je m’y attendais le moins.

Je suis désolé de ne pas avoir été drôle cette fois-ci, (et la fois prochaine !) mais je ne pouvais réellement pas traiter de ce sujet par la rigolade …….

 

 

Je tiens à préciser que cette réflexion n’engage que moi. Mon histoire, mes lectures, mes recherches ont fait que j’aboutis à cette conclusion. Je ne vous demande en aucun cas d’y adhérer benoîtement. Mais, peut-être, pourront-elles vous servir comme d’une pierre personnelle à votre propre édifice.