Or donc, la crise est dans une phase résolutoire, pour reprendre les expressions absconses de notre élite dirigeante, mieux connue sous le nom d'énarques.
Je dis La crise, mais je devrais dire, les crises !

Les prisons, d'abord : avec 90 suicides et une crémation publique, nous arrivons à une moyenne de 9 morts par mois depuis le début de l'année. 90 places qui se libèrent - oups, le vilain jeux de mots ! - afin que les juges puissent appliquer la bonne et juste loi de notre garde des Sceaux au ventre rebondi, sur la récidive.

Fini l'adaptation des peines. Tu voles un oeuf, 6 mois. Tu voles un boeuf, 4 ans. Emballé, c'est pesé !!
Bien sûr, Bruxelles nous a encore condamné pour traitements inhumains, mais l'Europe ne comprendra jamais rien à notre besoin sécuritaire. Et puis, notre bon président a trouvé la parade. Recruter de nouveaux matons pour surveiller ces inconscients qui préfèrent se foutre en l'air plutôt que de goûter aux joies simples de la communauté, tant recherché en ces temps troublés d'individualisme forcené.
Nourris, logés et blanchis (après leur peine, bien entendu), avec en plus le shit et le GSM, ils trouvent encore le moyen de se plaindre sous prétexte qu'ils ne peuvent pas faire de feu dans leur cellules et jouer de la guitare en chantant du Maxime Le Forrestier !
Un comble !

Donc, on supprime des postes de profs et d'instits pour recruter des surveillants de prison. Rien de plus logique. Car si Coluche parlait des prisons pour nos hommes politiques, je dirais  pour généraliser que si la prison a de l'avenir, l'école, en revanche, c'est moins sûr !!

D'où le proverbe du jour :

Caméras de surveillance et centres pénitentiaires
sont les deux mamelles de la France sécuritaire.


Or donc, les banques françaises ont des fondamentaux tellement excellent qu'elles réclament 10 milliards d'euros au gouvernement. Qu'en aurait-il été si la maîtrise de la gouvernance bancaire n'avait pas été parfaite ? J'en frémis rien qu'à l'idée !
Et quand on pense qu'à l'Ecureuil, il faut trois traders pour paumer 600 briques alors qu'à la Société Générale, il n'en faut qu'un pour perdre 5 milliards .... !!
On se dit qu'il serait effectivement temps que certaines banques ait un une vision mondiale et globale de la finance ! Des couilles au cul, quoi !!
Avec une perte aussi ridicule comparée à AIG ou Fortis, les dirigeants vont être obligés d'aller fêter ça à Palavas les flots ! La honte !!


Sinon, le p'tit faitout a failli me faire mourir .... de rire !!!! Une fois n'est pas coutume !
Il annonce la suppression des paradis fiscaux. L'inconscient ! Et les nôtres de paradis fiscaux. Il faut aussi les supprimer ? Déjà que notre Marmar (Marine marchande pour les intimes) n'est pas très glorieuse, mais si on lui enlève les Kerguelens, ça va être la déroute. La bérézina !!
Devra-t-elle acquitter des taxes, payer des impôts et des salaires décents, respecter le code du travail ou quitter à jamais les rives enchanteresses et glacées de nos terres arctiques où l'éléphant de mer et le phoque sont les seuls représentants des sociétés écrans qui distribuent les pavillons de complaisance à nos armateurs étranglés de charge !!!

L'idiot en colère veut vraiment la mort du petit commerce. Y a pas à dire !